L'appel de la Péninsule Courbet.

Les manips nous conduisent une nouvelle fois à faire le tour de la partie plaine de la Péninsule Courbet. Nous effectuons le tronçon PAF-Cataractes-Cotter-Noir-Ratmanoff, une histoire de 70 Km.
Buts de l'opération :
- équiper des Gorfous macaronis (Eudyptes chrysolophus) de micro-capteurs de lumière (notamment), ces mouchards de nouvelle génération permettront à coût relativement réduit (comparativement à des balises GPS et Argos) de découvrir les sites pélagiques hivernaux fréquentés par ces manchots;
- établir le taux de survie des poussins de Manchot royal (Aptenodytes patagonicus) suivis au Cap Ratmanoff.

Adulte et poussin de Grand Albatros (Diomedea exulans)

Copie_de_L1020432

Ici âgé d'environ deux semaines, l'unique petit du couple sera dorloté pendant un mois en alternance par les deux parents. Puis il sera livré à lui même thermiquement parlant jusqu'à son envol en novembre prochain. En arrière plan : l'Anse Betsy et la Baie des Cascades.
Le Grand Albatros (Diomedea exulans) est une espèce à reproduction biennale en raison d'un cycle très long et très énergétivore. En moyenne, le Grand Albatros se reproduit à partir de l'âge de 11 ans.La stratégie de cette espèce, comme celle de la plupart des oiseaux marins de Kerguelen, est basée sur une grande espérance de vie des adultes.

Visite du Mont Campbell (143 m)

Notre manip à Cap Cotter sur les Gorfous macaronis (Eudyptes chrysolophus) nous donne l'opportunité de faire un saut au Campbell (deuxième point culminant de la plaine Courbet après le Mont Peeper - 187 m) qui a le mérite d'offrir une vue imprenable sur le reste de Courbet.

Copie_de_L1020513

Copie_de_L1020497

Copie_de_L1020513

Petit bémol sur cette butte : nous n'y avons malheureusement pas découvert de bouteille du précieux liquide du même nom...

Vue sur les étangs et les souilles vers Cap Cotter

Copie_de_L1020507

Le Cap Rohan : royaume de l'Otarie de Kerguelen (Arctocephalus gazella)
Vue du Mont Campbell à partir du Cap Rohan

Copie_de_L1020520

Rohan constitue la plus grande colonie d'Otarie de Kerguelen (Arctocephalus gazella) de Courbet avec un effectif dépassant 2 000 femelles reproductrices. L'espèce avait quasiment disparu de Courbet suite à l'exploitation intensive menée par les phoquiers en particulier au XIXème siècle. Les populations se sont reconstituées durant les quarante dernières années.
Puisse cette photographie faire passer un tant soit peu la magie qui se dégage de ce Cap. Seule la faune sauvage est véritablement la maîtresse des lieux.

Le Manchot papou (Pygoscelis papua) au Cap Rohan

Copie_de_L1020523

Copie_de_L1020526

Le Cap Ratmanoff et ses Royaux!

Formation des crèches de Manchot royal (Aptenodytes patagonicus)

Copie_de_L1020375

Copie_de_L1020376

Depuis les éclosions massives de février, les poussins ont bien grandi : ils ont ici un peu plus de deux mois.

Les chiffres de 2007 :
Au Cap Ratmanoff, où "siège" la plus grande manchotière de Kerguelen, et l'une des plus grandes du monde pour cette espèce de Spheniscidae, l'effectif 2007 avoisine les 220 000 couples.

De son côté, le Cap Digby abrite deux des trois colonies de Manchot royal (Aptenodytes patagonicus) de la Péninsule Courbet.La colonie Nord compte environ 35 000 couples et la colonie Sud environ 70 000 couples.

Soit plus de 300 000 couples reproducteurs pour la Péninsule Courbet et plus précisement pour sa partie plaine, seule à héberger du Manchot royal reproducteur.

Ratmanoff : ses Manchots, sa cabane scientifique (IPEV)

Copie_de_L1020657

La cabane s'appelle "le Guetteur"; elle est dotée d'une nouvelle cuisine baptisée "la Taverne du Cachalot" : cabane rouge. Bravo à l'équipe pafienne* qui s'est mobilisée pour la construction!

NDLR : * relatif à Port-aux-Français (PAF)